Comment financer votre propre éducation permanente

Un fils enlaçant son père d'une main tandis que celui-ci arbore fièrement son diplôme. Il existe de nombreuses raisons valables de retourner aux études : un changement de carrière (ou la perte d’un emploi), vouloir se perfectionner, ou simplement pour sa satisfaction personnelle. En faisant vos devoirs de planification financière, vous pouvez vous assurer que votre budget sera aussi à la hauteur.

Mise en place d’un régime d’épargne

Dès que vous prenez la décision de retourner aux études, vous devriez commencer à cotiser à un régime d’épargne. Plusieurs options sont offertes.

Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Cotiser à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) constitue une façon judicieuse, sur le plan fiscal, d’épargner afin de vous constituer un fonds de retour aux études. Vous pouvez épargner jusqu’à 5 500 $1 par année, et tous les rendements obtenus s’accumulent à l’abri de l’impôt. Vous pouvez faire des retraits au besoin2 sans payer d’impôt. Lorsque vous reprenez le travail et recommencez à épargner, vous pouvez cotiser à nouveau les sommes que vous avez retirées3, et poursuivre les économies d’impôt.

Régime enregistré d’épargne-études (REEE)

Les études ne sont pas réservées aux enfants, et les REEE ne le sont pas non plus. Vous pouvez également en ouvrir un pour vous. Vous n’aurez pas droit à la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE), mais à l’instar du CELI, vos épargnes accumuleront des revenus libres d’impôt dans le REEE.

Vous paierez l’impôt sur les rendements accumulés lorsque vous retirerez les fonds ou fermerez le compte, mais vous serez moins imposé si vous ou votre ménage êtes assujetti à une tranche d’imposition moins élevée que vous ne l’êtes actuellement.

Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP)

Possédez-vous déjà des épargnes dans un régime d’épargne-retraite (RER) enregistré? Le cas échéant, vous pouvez puiser dans ces fonds pour financer des études postsecondaires ou une formation à temps plein pour vous ou votre conjoint. Le REEP de l’Agence du revenu du Canada vous permet d’emprunter jusqu’à 10 000 $ par année (jusqu’à concurrence de 20 000 $ sur quatre ans) de votre RER.

Les retraits ne sont pas imposés, mais vous êtes tenu de rembourser ce prêt sans intérêt à votre RER dans un délai de dix ans. Le premier versement doit être effectué dans les 60 jours suivant la fin de la cinquième année après le premier retrait. Pour que vous puissiez retirer des fonds, ils doivent avoir été déposés dans votre compte 90 jours auparavant.

Cotiser à un RER puis puiser dans les fonds en vertu du REEP peut s’avérer une stratégie judicieuse, en particulier si vous vous situez actuellement dans la tranche d’imposition supérieure. Vous profiterez de l’allégement fiscal maintenant, et vous pourrez ensuite retirer les fonds (après la période de dépôt minimale de 90 jours) lorsque votre tranche d’imposition sera moindre.

Ligne de crédit

Même si vous avez épargné pour retourner aux études, il peut arriver que vous manquiez de fonds et deviez emprunter.

Plutôt que de faire face aux urgences en accumulant un solde de carte de crédit, cependant, présentez une demande de ligne de crédit avant le début de votre premier trimestre afin de disposer d’une source de crédit à intérêt moins élevé en réserve.

TD Canada Trust offre, à l’intention des étudiants, une ligne de crédit étudiant qui comporte un taux d’intérêt modique et des modalités de paiement faciles. Vous pouvez en faire la demande en ligne par l’intermédiaire des Services bancaires par Internet BanqueNet.

Autres sources d’assistance

Vérifiez auprès de votre employeur ou de votre syndicat afin de savoir s’ils offrent des options de financement des études des employés. Ces programmes pourraient prévoir le remboursement des droits de scolarité, le maintien de votre emploi à votre retour, un congé autorisé avec maintien en vigueur des avantages sociaux, ou vous permettre de travailler à temps partiel pendant vos études.

Selon votre situation et votre choix d’études, il est possible que vous soyez admissible à des programmes de recyclage du gouvernement. Consultez le site Web de votre gouvernement provincial.

Vous pourriez également présenter une demande de prêt étudiant ou de bourse d’études, ou une demande en vertu d’un programme travail-études du gouvernement. Le Bureau de l’aide financière de votre établissement d’enseignement constitue un bon point de départ pour vous renseigner sur les options offertes.

Planifier en fonction d’un revenu moindre

Prévoir à l’avance veut également dire examiner votre situation financière actuelle et évaluer comment elle correspondrait à un mode de vie étudiant. Aurez-vous les moyens de régler toutes vos dépenses actuelles lorsque vous ou votre conjoint retournerez aux études? Dans quelle mesure devrez-vous réduire vos dépenses pour réaliser votre projet? Pourriez-vous les réduire maintenant, et mettre les économies dans votre fonds d’études?

Plus vous pouvez planifier et épargner d’avance, plus la transition financière vers votre nouvelle vie d’étudiant sera facile.

1 Le plafond de cotisation pour 2013 est de 5 500 $. Le plafond annuel de 2009 à 2012 était de 5 000 $. Ce plafond est indexé sur l’inflation; le gouvernement fédéral peut le modifier.

2 Certaines restrictions peuvent s’appliquer, selon les placements choisis.

3 Le retrait peut être redéposé dans le CELI l’année suivante ou par la suite sans réduire les droits de cotisation.